Etes-vous prêt pour la nouvelle #réglementation européenne sur la #protection des #données ?

Savez-vous qu’une nouvelle loi se prépare à Bruxelles sur la protection des données par les entreprises ? Si vous répondez par la négative vous faites partie des 35% d’entreprises françaises qui n’ont pas connaissance de cette proposition de réglementation européenne  qui fait suite à la Directive Européenne 95/46/CE.

Trend Micro a commandité une étude auprès du cabinet d’analyses Vanson Bourne afin de mesurer la prise de conscience des entreprises européennes face à ce changement de loi annoncé d’ici la fin de l’année 2014. Plus de 850 responsables informatiques européens dont 100 français ont été interrogés. Les résultats sont assez préoccupants car parmi ceux qui en ont entendu parler seuls 45 % déclarent connaître parfaitement les étapes nécessaires pour se mettre en conformité.

Pour mémoire, en France la loi 78-17 du 6 janvier 1978, dite « Informatique et libertés » (dont la dernière modification date du 19 mars 2014), stipule que les entreprises sont responsables des données à caractère personnel recueillies et traitées et doivent en garantir la confidentialité. Le non-respect de cette obligation est sanctionné de 5 ans d’emprisonnement et de 300 000 € d’amende.

La nouvelle réglementation européenne qui doit se substituer aux lois nationales se veut encore plus stricte. On retiendra, notamment :

  • L’encadrement plus étroit du transfert de données à des pays tiers.
  • La facilitation de l’exercice du droit à l’effacement des données personnelles.
  • La mise en place d’une procédure de demande de consentement explicite pour le traitement de ces données.
  • Les amendes prévues seront alourdies et iront jusqu’à 100 millions d’euros ou 5% de leur chiffre d’affaires.
  • Les entreprises victimes de fuites de données seront tenues de le notifier auprès des autorités compétentes et des clients dont les données personnelles ont été détournées.

Trend Micro a mis en place un site Web dédié sur lequel on peut télécharger l’intégralité de l’étude ainsi qu’une infographie qui synthétise les résultats .
INFOGRAPHIE: Réglementation européene sur la protection des données

La mise en œuvre  de cette directive sera un des points abordés lors de l’atelier du Pôle Numérique du 10 octobre prochain sur la « Sécurisation des échanges sur internet du e-commerce au m-commerce ».

Retour sur l’atelier « Protégez vos #marques sur #Internet et profitez des nouvelles #extensions de #domaines »

La matinée du 10 juin 2014 a été consacrée à la protection des marques tant dans le cadre d’une stratégie de développement à l’export (organisé à l’occasion du Tour de France du CNCPI) que sur Internet à l’occasion du Big Bang des 1400 nouvelles extensions de noms de domaines (gTLDs) disponibles progressivement depuis fin 2013.

vers le point aquitaine en 2015

Le Pôle Numérique de la CCI de Bordeaux a organisé un atelier pour rappeler les bonnes pratiques en matière de protection et dépôt de marques et évaluer tant les risques que les opportunités des nouvelles extensions (gTLDs) sur Internet avec ses partenaires : l’antenne régionale de l’INPI, le Cabinet en Propriété Industrielle IP SPHERE et PRODOMAINES / KEEPALERT prestataire référent en matière de gestion de noms de domaines et surveillance de marques sur Internet.

Lire aussi

Livre blanc #KeepAlert sur le #cybersquatting de noms de domaine en 2013

Drapeau pirate

La société girondine KeepAlert vient de publier courant mai 2014 un livre blanc consacré aux visages du cybersquatting(*) de noms de domaine en 2013 après avoir étudié un échantillon de 4.000 décisions extrajudiciaires rendues durant cette année.

L’étude montre que décisions extrajudiciaires se traduisent par une issue favorable aux requérants dans près de 90% des cas ce qui montrent l’importance pour les marques d’utiliser intelligemment les procédures pour obtenir le transfert des noms de domaine litigieux.

> Source et téléchargement du document en suivant le lien

D’ici fin 2014, 1400 nouvelles extension de noms de domaines vont s’ajouter aux .com, .net, .fr … que nous utilisons tous les jours. Couvrant de nombreux domaines : voyage (.voyage, .hotel, .restaurant, .travel, …), commerce (.boutique, .shop, .spa …),  géographiques (.aquitaine, .bzh, …), alimentation (.wine, .vin, .cafe, .pizza, …), services, technologie (.web, .online, …), éducation, affaires, sports …

Le big bang a déjà commencé. Comment protéger votre identité, vos marques et votre raison sociale sur Internet ? Quels plans d’action mettre en place pour défendre vos intérêts ? Quelle stratégie de dépôts de noms de domaines déployer pour anticiper les opportunités et conquérir de nouveaux territoires sur Internet ?

> Rendez-vous le 10 juin 2014 de 10H30-12H30 pour un atelier animé par le  Pôle Numérique de la CCI Bordeaux avec KeepAlert et un Cabinet de Propriété Industrielle. Le nombre de places est limité.
> Inscrivez-vous vite en suivant ce lien

(*) Le cybersquatting est l’enregistrement abusif et / ou spéculatif d’un nom de domaine correspondant à un droit antérieur.

Crédit photo shoehorn99

#BigData vs #BigBrother : les aspects juridiques et techniques, facteurs de confiance (28 mai #BigDataBx)

big data vs big brother

Collectes et usages des données personnelles, sécurisation des bases de données Big Data … La confiance ne se décrète pas elle se crée.

28 mai 2014. Journée « #BigDataBx = Smart Business ».
Une journée organisée par Excelerate Systems & Cloudera en partenariat avec la CCI de Bordeaux.

  • 13H30 et 15H00 : 2 cessions de l’atelier « Big Data vs Big Brother : les aspects juridiques et techniques, facteurs de confiance »
    (atelier dédié aux SSII, DSI, RSSI, CIL, juristes TIC)
  • Inscription ici

 

« Nouvelles extensions de noms de domaines : Quels enjeux et opportunités pour les entreprises ? »

Jusqu’à fin 2013, nous étions habitués à 22 extensions de noms de domaines génériques (ou gTLDs en anglais) telles que le .COM (complètement saturé et qui regroupe 114 millions de noms de domaines) ou les .NET, .INFO, .BIZ … gérés par l’ICANN. A côté existaient 252 noms de domaines de pays (ou ccTLDs en anglais) dont le .FR géré par l’AFNIC.

Depuis fin 2013 et durant 2014-2015, 1400 nouvelles extensions de noms de domaines vont être disponibles : 700 marques déposées par des sociétés telles que Nike, Hermes, Airbus … et 700 nouvelles extensions génériques :

  • En caractères non latins (chinois, arabe, hébreux, thaï, sanscrit…) qui vont permettre de coller à la réalité de l’utilisation d’Internet  majoritairement composée d’internautes non occidentaux.
  • Géographiques (.paris, .bzh, .aquitaine, .corsica …) reliées à un lieu, ville ou région, qui permettront d’affirmer un ancrage local et l’attachement à des cultures régionales.
  • Sectorielles (technologie, business, services, alimentaires, finances, immobilier, éducation, ) fondées sur des termes génériques en lien avec des activités (.restaurant, .hotel, .store, .shop, .bank, …)  ou des produits / services (.cafe, .food, .pizza, .credit, .services, .radio, .music …) proposés par les entreprises.
  • Ciblant plus particulièrement les centres d’intérêts des particuliers :  Art et Loisirs, Communautés, Hobbies, Shopping, Sports, Styles de vie …

Synthèse provisoire des nouvelles extensions génériques

Nouvelles extensions de noms de domaines : Quels enjeux et opportunités pour les entreprises ?

Compte-tenu de cette actualité le Pôle Numérique de la CCI de Bordeaux a organisé le 4 avril dernier un atelier « Nouvelles extensions de noms de domaines : Quels enjeux et opportunités pour les entreprises ? » en partenariat avec les sociétés Nameshield, Aliénor.net et le Cabinet Smissaert (conseil en propriété industrielle).

Protection des marques et gestion des litiges

  • Qu’est-ce que la Trademark Clearinghouse ?

  • Les mécanismes de résolution de litiges sont de plus en plus systématiquement proposées par les gestionnaires d’extensions génériques gTLDs (via le mécanisme de règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine UDRP) ainsi que par les gestionnaires d’extensions nationales ccTLDs (SYRELI a été mis en place par l’AFNIC pour les litiges concernant le .FR)

En complément

  • Suite à la réunion du Governmental Advisory Committee (GAC) de l’ICANN à Singapour, la décision concernant les controversés .VIN et .WINE (qui devaient être gérés par des sociétés américaines) a été repoussée de 60 jours pour permettre de prendre en compte les recours engagés tant par les syndicats professionnels que par les gouvernements de plusieurs pays.